réalisation d’un composite

Voici le résultat d’un montage réalisé avec photoshop, 16 calques pour confectionner cette photo composite issue de l’assemblage d’une image prise en studio et d’une autre réalisée dans un ancien monastère espagnol.

test_compo1

je me suis inspiré de techniques utilisées par Joël Grimes et Gavin Hoey pour réaliser ce montage. Parfois, il est difficile d’avoir tout les « ingrédients » de la photographie imaginée en même temps, je parle ici du lieu, du temps, de la lumière, des accessoires etc. sans oublier le modèle.

Alors, ces 2 photographes nous proposent d’anticiper, de prendre des vues de lieux avec une focale qui nous permet de fusionner avec un premier plan. Reste qu’il faut trouver le bon raccord colorimétrique faire des adaptations et s’inventer une nouvelle réalité.

Certains diront que ce n’est plus de la photographie et pourtant, l’acte initial est bien parti de 2 déclenchements… il n’est absolument pas facile de trouver une image de fond qui va fonctionner avec un premier plan comme ça d’un seul coup sans se poser de questions…

j’essaie toujours dans mes prise de vues de paysages, d’intérieur, de prendre des photos avec toujours cette arrière pensée que je pourrai peut-être y mettre un sujet en premier plan. de même lorsque je photographie en studio, je me dis « essayons une pose qui pourrait s’extraire du contexte », sans accessoire, sur un fond neutre plus facile à détourer…

mais pour cette version, j’ai du fouiller dans mes photothèques pour trouver 2 images qui seraient susceptibles de fonctionner ensemble. Il fallait trouver des éclairages allant dans le même sens.

Je savais que j’avais une photo de monastère espagnol qui m’avait inspiré une idée de princesse emprisonnée, une atmosphère un peu blafarde dans un décor dénudé. Il fallait trouver une image de modèle et j’ai repensé à une de mes premières séances de studio avec Marine qui s’était enroulée dans un tissu soyeux, je tenais peut-être alors ma composition…

Voici donc les 2 images de bases

monastère  Marine

à gauche le monastère, magnifique batisse bien conservée mais qui a souffert des affres du temps et les mousses envahissent peu à peu les murs.

à droite Marine dont l’image subira une symétrie horizontale pour que le sens de l’éclairage fonctionne un peu mieux et facilite le sens de lecture de l’image au final.

 

 

 

 

je vais vous détailler maintenant les différentes étapes de ce compositing

calque 0

calque 0

c’est la base de l’image

je trouvais le coté gauche un peu trop « rouge », j’ai ajouté un premier « calque 1 » de correction des couleurs avec un masque de fusion de sorte que la correction soit limitée au mur .

calque 1

calque 1

calque 2

calque 2

sur ce calque 2, un peu de « dodge & burn » pour assombrir les pavés foncés

calque 3

calque 3

le calque 3 est un calque de courbes avec masque de fusion pour assombrir globalement les pavés après la grille, les ombres et aussi le haut du plafond dans le 2ème pièce.

calque 4

calque 4

dans l’image initiale, il y avait une belle luminosité soutenue mais diffuse due au temps couvert (un beau brouillard de Galice en plein été)

je souhaitais souligner l’apport de lumière pour être raccord avec les éclairages studio, j’ai donc utilisé une brush que Gavin Hoey a bien voulu partagé librement (voir son site gavtrain.com)

Après avoir choisi une couleur blanche donner un coup de « crayon lumineux » et surtout bien penser à modifier l’opacité du calque pour rendre le tout crédible

calque 5

calque 5

renforcer le cas échéant le calque de rayon en le déformant un peu toujours pour des raisons de réalisme.

calque 6

calque 6

ne pas oublier d’ajouter un rayon lumineux dans la pièce du fond, choisir une autre forme de brush et appliquer les mêmes principes que pour les calques 4 et 5.

calque 7

calque 7

bon maintenant il faut intégrer notre jolie modèle… dans un premier, on travaille sur l’image seule et on applique une symétrie horizontale pour orienté le modèle vers la droite et on utilise la technique du « split frequency » pour corriger les petits problèmes de boutons, les petites rougeurs de la peau.

on duplique l’image résultante dans un nouveau calque et on passe au détourage (rappelez-vous l’image studio était avec un fond noir); utilisez l’option « amélioration du contour » et  « rayon dynamique » pour affiner le contour des cheveux qu’il est important de conserver ici.

cette tâche est délicate, il est parfois nécessaire de s’y reprendre à plusieurs reprises. Ne pas hésitez à dupliquer le calque et refaire le travail et choisir la version la mieux réussie.

les autres calques vont permettre de corriger la colorimétrie du calque 7, atténuer la lumière pour plus de réalisme c’est un ensemble de calques de réglages de courbes, de niveaux, de luminosité contraste en conjonction avec des masques de fusion qui vont apporter la touche finale. Attention de bien garder la luminosité sur le visage du modèle. voilà, 16 calques ont été nécessaire pour le rendu final…

en espérant que ce tutoriel vous aidera à réaliser vos propres compositing

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*
*
Website